Lundi 11 mars 2013

peta-logo

Il n'y aura plus de cosmétiques testés sur les animaux en Europe ANIMAUX - L'interdiction totale de l'expérimentation animale pour les cosmétiques commercialisés dans l'Union entre en vigueur ce lundi...
Fini le mascara testé sur les lapins et les rouges à lèvres pour les rats.
La Commission européenne a confirmé ce lundi la fin de l’expérimentation animale pour les produits cosmétiques vendus en Europe. A partir d’aujourd’hui, impossible de mettre sur le marché des produits ayant été testés sur des animaux en Europe ou hors de l’Europe. ... Ce n’est toutefois pas une nouveauté: depuis 2004, les fabricants de cosmétiques ont l’interdiction de faire des tests sur les animaux en Europe, et depuis 2009, ils doivent remplacer progressivement les tests sur les animaux par d’autres procédés. La date limite de mise en œuvre de ce changement était fixée au 11 mars 2013. «L’entrée en vigueur, aujourd’hui, de l’interdiction totale de mise sur le marché constitue un signal fort de l’attachement européen au bien-être animal.
La Commission entend continuer de soutenir la mise au point de méthodes de substitution à l’expérimentation animale et encourager les pays tiers à imiter l’Union européenne», a déclaré Tonio Borg, commissaire européen à la santé et à la politique des consommateurs.
«Un beau jour pour les animaux»
«C'est un beau jour pour les animaux, pour les consommateurs, pour la science ainsi que pour l'industrie de la beauté», s’est félicitée l’association de défense des animaux Peta dans un communiqué. «L'interdiction de 2013 reflète la conviction du public que les cosmétiques ne peuvent pas passer avant la vie et le bien-être des animaux». Néanmoins, la Commission européenne rappelle que «le remplacement total des essais sur les animaux par d’autres méthodes n’est pas encore possible» et qu’elle contribuera à soutenir la recherche pour trouver des méthodes substitutives:
«La Commission a affecté à ces travaux de recherche près de 238 millions d’euros entre 2007 et 2011», précise le communiqué officiel, selon lequel l’Europe poursuivra son action dans ce domaine. Le développement de la fabrication in vitro de cellules humaines pourrait être une solution. Avant l’interdiction des tests, près de 9.000 animaux, rats, souris, cochons d’Inde et lapins, était utilisés par l’industrie cosmétique en Europe en 2004, selon les chiffres de la Commission européenne. Ils n’étaient plus que 1.510 après la première interdiction en 2004 et 344 en 2009. Mais hors de l’Europe, on estime qu’encore 15.000 à 27.000 animaux subiraient des tests en laboratoire.
Source : 20minutes
Je suis super heureuse de cette décision, et maintenant, j'attends la suite !

signature